Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 étapes pour répondre à l’appel de Dieu pour ma vie

Dialogue entre Dieu et Moïse

Dans l’appel de Dieu pour notre vie, il y a toutes sortes de questions que Dieu aimerait discuter avec nous. Dans la vie de Moïse se trouvent des pistes vraiment intéressantes.

Peter Höhn (Auteur)

Dans Exode 3 et 4, lors de l’évènement du buisson ardent, Moïse est appelé à conduire le peuple d’Israël de l’esclavage en Égypte au pays promis. Dieu explique à Moïse, dans une longue discussion, le pourquoi et le comment de Ses commandements. On y découvre sept points clés et sept engagements de Dieu, qui peuvent nous éclairer au sujet de notre appel. Ils nous servent de repères pour l’avenir et « l’affermissement de notre appel » (2 Pierre 1 :10).

1. Qu’est ce qui m’attire ?

« Moïse dit : Je veux faire un détour pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point. » (Exode 3 :3)

Moïse est captivé par le buisson ardent et il s’en approche. Par cette démarche, il nous enseigne symboliquement la première étape dans le cheminement pour découvrir notre appel. Cela nous renvoie aux questions : Qu’est-ce qui attire mon regard? Qu’est-ce qui retient mon attention et ma curiosité ? Y-a-t-il des sujets et des aspects de ma vie qui m’interpellent, de sorte que je m’implique encore plus volontiers dans un projet spécifique ?

2. Suis-je totalement disponible pour Dieu ?

« L’Éternel vit qu’il se détournait pour voir; et Dieu l’appela du milieu du buisson, et dit : Moïse ! Moïse ! Et il répondit : Me voici ! » (Exode 3 :4)

La deuxième étape consiste à reconnaître que ce n’est pas le « buisson ardent » qui est déterminant, ni les choses qui me fascinent dans la vie, mais au contraire, qu’il s’agit d’entendre et d’écouter Dieu au travers d’elles. Il m’appelle et Il s’adresse à moi personnellement. Pour montrer notre disponibilité, nous pouvons enlever symboliquement nos chaussures et dire : « Me voici ! ».

Lorsque nous nous rendons disponibles pour Dieu, Il nous montre ce qui touche Son cœur par rapport aux humains (Exode 3 :7-10) et comment Il veut nous faire participer à Son œuvre libératrice. Ceci nous conduit à la prochaine question…

3. Qui suis-je ?

« Moïse dit à Dieu : Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d’Égypte les enfants d’Israël ? »

(Exode 3 :11)

La prochaine question, que Dieu veut éclaircir avec nous – et nous avec Lui – est celle de notre identité. Mais qui suis-je pour… ? Qui suis-je vraiment ? Il y a aussi la question de notre estime de soi. Le calme revient en nous lorsque nous pouvons entendre Dieu nous répondre de cette manière : « Je serai avec toi. » Lorsque nous acceptons cette affirmation sincèrement et de tout notre cœur, il n’y plus besoin de se comparer aux autres, de se sentir mal à l’aise ou, comme dans le cas de Moïse, de rester paralysé par nos échecs passés. Au contraire, nous expérimentons comment Dieu se tourne vers nous, pardonne nos échecs et regarde vers l’avant avec nous.

Nous commencerons alors à nous réjouir – en Dieu, et à voir ce qu’Il fait de nous et comment Il nous conduit.

Allons maintenant à la prochaine question…

4. Comment est-ce que je parle de Dieu aux autres?

«Moïse dit à Dieu : J’irai donc vers les enfants d’Israël, et je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je ?» (Exode 3:13)

Cette quatrième question au sujet de notre appel aborde le thème de notre vocation. Moïse avait la mission de présenter à son peuple d’une part Dieu en tant que L’Unique, Celui qui est («Je suis celui qui suis»), et d’autre part, ce Qu’Il veut faire («Je vous ferai sortir d’Égypte, où vous souffrez»).
Nous sommes donc aussi appelés à présenter particulièrement Dieu, et tout ce qu’Il fait, aux personnes qui nous entourent. Plus nous avançons dans notre appel, plus notre vocation (ou mission de Dieu pour notre vie) se précise.
Pour l’un l’accent sera mis sur « Dieu, pour qui rien n’est impossible » ; pour un autre « Dieu qui se soucie des faibles » ; pour un troisième « Dieu qui a tout disposé magnifiquement » etc.

Mais revenons à l’histoire de Moïse : sa question suivante est déjà prête : «Et qu’est-ce que je fais, s’ils ne veulent pas me croire… ?»


5. Qu’est-ce que j’ai dans mes mains ?

«L’Éternel demanda à Moïse: Qu’y a-t-il dans ta main ? Il répondit : Un bâton. »
(Exode 4 :2)

Nous abordons maintenant la question de nos talents, de nos ressources, de ce que nous possédons – et de savoir si nous les rendons disponibles pour Dieu en les Lui soumettant.
Comme nous le montre la suite de l’histoire de Moïse (Exode 4 :3-9), nous risquons d’arriver dans des situations menaçantes (le bâton, qui devient un serpent) ou qui révèlent nos faiblesses (la main, qui devient lépreuse). Mais Dieu nous montrera toujours une issue (1 Corinthiens 10 :13).

Ainsi, pour Moïse comme pour nous, plus rien ne ferait obstacle pour suivre son appel, pour autant que nous restions ouverts à la question suivante…


6. Est-ce que je regarde à mes manques ou à Dieu ?

«Moïse dit à l’Éternel : Ah ! Seigneur, je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n’est ni d’hier ni d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car j’ai la bouche et la langue embarrassées.» (Exode 4 :10)
Moïse fait maintenant référence à son manque d’aptitude à la communication. Quelles excuses trouvons-nous pour ne pas obéir à Dieu ? Au fur et à mesure que l’appel de Dieu se précise, nous devons confronter nos manques comme nos prétendus handicaps. Nous pouvons les accepter comme venant de la main de Dieu et surtout compter sur Sa puissance qui, dans notre faiblesse, va nous combler. (Exode 4:11-12).
Mais Moïse n’est toujours pas convaincu et il aimerait retourner son appel à Dieu…


7. Quel genre de personnes Dieu a-t-Il mis sur ma route ?

«Moïse dit : Ah ! Seigneur, envoie qui tu voudras envoyer. Alors la colère de l’Éternel s’enflamma contre Moïse, et il dit : N’y a-t-il pas ton frère Aaron, le Lévite?»
(Exode 4 :13-14)

Lorsque l’on suit l’appel de Dieu pour nos vies, on se sent souvent seul. Mais Dieu ne nous envoie pas seul. Il a mis des gens autour de nous, qui suppléent à nos manquements ou pour qui nous pouvons être le suppléant.
Qui peut être ton compagnon spirituel ? Où te bats-tu encore tout seul ? Laisse Dieu te montrer comment et à travers qui Il veut t’apporter Son aide.

Résumé : 7 étapes pour répondre à l’appel de Dieu pour ma vie

Sept promesses -> sept mesures à prendre

Dieu nous donne sept promesses pour entrer dans notre vocation. Pour les expérimenter, il y a sept démarches à entreprendre.

1. Dieu a un appel pour ta vie.

Fais-Lui confiance, Il viendra te rejoindre là où tu vis en tenant compte de tes passions.
Jérémie 29 :11

2. Dieu t’appelle par ton nom, Il veut collaborer avec toi et t’impliquer dans son œuvre libératrice.

Fais-Lui confiance en mettant ta vie à Sa disposition sans conditions. 1 Corinthiens 1 :30

3. Dieu te connais, Il veut te révéler qui tu es vraiment et comment Il est présent dans ta vie.

Fais-Lui confiance, Il sera toujours avec toi et près de toi.Psaume 139

4. Dieu a un message unique et libérateur pour toi qu’Il souhaite que tu proclames au travers de tes paroles et actes.

Fais-Lui confiance, Il te guidera, dans ce que tu diras à tes proches et comment tu le feras.
Romains 8 :1-3

5. Dieu t’as donné des dons et des ressources afin que ton engagement soit empreint de puissance et d’autorité spirituelle.

Prie pour recevoir la direction du Saint-Esprit ; investis tes compétences avec confiance.
Jean 14 :12-13 & Éphésiens 1 :21

6. Tes faiblesses, tes manques et tes handicaps, ne sont pas un problème pour Dieu.

Fais-lui confiance, Il peut même les utiliser pour Se glorifier.
Romains 8 :26-30

7. Dieu ne te laisse jamais seul ; Il comble tes besoins et manques au travers d’autres personnes.

Fais Lui confiance, permet aux autres de t’aider et donne un coup de main à ceux qui ont besoin de toi. Ésaïe 41 :13

Tag(s) : #Eglise Gallicane de Reims, #Bible

Partager cet article

Repost 0